Testimonials

  • Arnaud Escourrou – Winemaker and sales manager of viña Portal del Sur, Maule valley, Chile

    Bacchimeter

    « L’impact du réchauffement climatique au Chili provoque un décalage entre la maturité technologique et la maturité phénolique qui s’avère être de plus en plus important. Le challenge pour les années futures va donc être de caractériser au mieux cette maturité phénolique afin d’obtenir le meilleur compromis entre les deux maturités »
    Arnaud Escourrou a été Béta testeur du capteur Bacchimeter durant la campagne 2018 au Chili. Il a disposé du capteur pendant plusieurs semaines afin de réaliser des mesures en toute autonomie. « J’ai réalisé des mesures quelques jours avant vendanges sur des parcelles de Carménère et de Cabernet Sauvignon. J’ai testé le mode cartographie et le mode moyenne. Le capteur est très facile à utiliser, léger, très maniable et d’une grande autonomie de batterie, on peut travailler toute une journée sans problème de charge. Il est léger et l’acquisition des mesures se fait très facilement. Les données acquises à la parcelle sont envoyées directement vers une plateforme web qui permet de traiter les données automatiquement et de les visualiser de manière très simple et très compréhensible. On suit ainsi l’évolution de la maturité phénolique au fur et à mesure des semaines jusqu’au pic de concentration qui aide à prendre la décision de récolte. Je me suis aidé du mode « Cartographie » pour réaliser des vendanges sélectives. Les données obtenues permettent de mieux appréhender l’hétérogénéité parcellaire. J’ai réalisé des lots de raisin différents selon leur état de maturité et les ai vinifiés séparément. Le résultat sur vin est très convaincant. Le Bacchimeter est un outil supplémentaire qui m’aidera dans la gestion de mes vendanges : gestion des lots de raisin, comparaison de parcelles, aide à la détermination d’une date de récolte ».

  • Pascal Chatonnet – Oenologist, wine consultant and winemaker of château Haut Chaigneau, Bordeaux

    Bacchimeter

    « La notion de maturité phénolique est un sujet qui nous intéresse tous au plus haut point. Différentes approches sont utilisées pour caractériser la richesse et/ou la qualité supposée de cette maturation depuis plusieurs années. Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. Cependant, aucune ne permet d’accéder rapidement à la connaissance de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité des polyphénols du raisin et donc potentiellement du vin au sein d’une parcelle donnée en relation avec la diversité du sol, du matériel végétal, de la vigueur ou de la qualité de l’alimentation hydrique par exemple… Ainsi, tant aux plans quantitatifs que qualitatifs, l’accumulation des polyphénols et en particulier des anthocyanes est sujette à des variations parfois très importantes qui induisent souvent des différences non négligeables dans la qualité des vins. Même si dans le domaine des anthocyanes, quantité ne signifie pas forcément qualité, la mesure géo-référencée en temps réel de la richesse potentielle en anthocyanes est la seule méthode aujourd’hui permettant de témoigner vraiment objectivement de ces variations à l’échelle de la parcelle. »